Elitza Gueorguieva
© Philippe Bretelle

Elitza
Gueorguieva

Elitza Gueorguieva est née à Sofia en 1982. Elle vit en France depuis 2001. Après l’obtention d’un master de création cinématographique (2008) et d’un master de création littéraire (2015) à l’Université Paris-8 Saint-Denis, elle se consacre à des projets artistiques multiples entre le documentaire de création vidéo, l’écriture littéraire et les performances. Elle explore la manière dont la mémoire individuelle reflète celle du collectif.

Les cosmonautes ne font que passer, est paru chez Gallimard (collection Verticales) en 2016 et a obtenu le prix André Dubreuil SGDL du premier roman. L’auteure l’a présenté dans de nombreuses conférences-performances avec projection vidéo. Elle en fera une lors de Route panoramique en 2017. Le livre est paru en folio en juin 2018.

Elle a participé à un projet collectif sur la post-mémoire au Rwanda, mené par Olivia Rosenthal, Dorcy Rugamba et de jeunes auteurs rwandais et français.

En 2018, elle a publié une nouvelle dans Le Livre des places du collectif Inculte.

Elitza Gueorguieva a réalisé plusieurs courts-métrages de fiction et documentaires, dont Chaque mur est une porte en janvier 2017 (2 mentions spéciales du prix des bibliothèques et de la compétition française au Cinéma du Réel à Paris).

Elle présente régulièrement des performances textuelles pour divers lieux et événements scéniques (le Tarmac, Le Théâtre Ouvert, le Khiasma, le Festival Hors-Limites, la Maison de la poésie à Paris, Paris en toutes lettres etc.).

En 2019 elle a travaillé avec le chorégraphe Philippe Lafeuille dans le cadre du festival Concordan(s)e.