Agnès Villette

Agnès
Villette

Originaire du Cotentin, Agnès Villette est revenue en France en 2020, après plus de 25 ans passés en Grande-Bretagne où elle a travaillé en tant que journaliste et enseignante, menant en parallèle une activité d’artiste photographe.

Depuis l’obtention d’un Master en Art Photography obtenu en 2016 à la London College of Communication de Londres, elle se consacre à 4 projets principaux qui ont donné lieu à différentes expositions, dans l’exposition collective Hollow Chambers, à The Crypt, à Londres et à la Science Gallery Lab de Detroit aux USA ou encore à la galerie Framer/Framed d’Amsterdam, et des publications dans différentes revues, dont Revue Art Actuel, Montréal au Canada, Cultural Politics, Duke University aux USA et Nuclear Aesthetics, Amsterdam.

Les 4 projets qu’elle développe actuellement en parallèle explorent les problématiques environnementales de l’Anthropocène et les enjeux de l’écologie et de la technologie. Beta Bunkerexplore la transition des bunkers nucléaires de la Guerre

Froide vers des centres de data, où l’information dématérialisée du cloud et de nos données est stockée loin de tout contrôle. Haunted : Radioactive Ruins, qui a constitué le sujet de son mémoire de Master porte sur les territoires radioactifs de la Hague et l’étude de l’archive mémorielle des rivières qui conservent les traces des différentes contaminations radioactives depuis la création des sites nucléaires dans la péninsule de la Hague. L’Etranger de l’espèceest une série photographique sur des insectes invasifs. Quant à Landemer, c’est un roman de non-fiction sur un meurtre non élucidé ayant eu lieu en 1969 à Cherbourg. C’est sur ces deux derniers projets qu’elle travaille pendant sa résidence à la Villa La Brugère.