Rencontre

Blockhaus, data centers et érosion

Mathieu Larnaudie, Gabrielle Schaff, Agnès Villette

dimanche 04.10.2020 à 16h00

Salle des fêtes d’Arromanches

Mathieu Larnaudie parle de Blockhaus, son dernier roman dont l’intrigue se déroule à Arromanches; Gabrielle Schaff montre des extraits de Contre vents et marées, un film sur l’érosion du littoral, et Agnès Villette nous fait découvrir d’anciens abris nucléaires transformés en lieux de stockage de données informatiques.

 

Mathieu Larnaudie, Blockhaus (roman, Inculte Dernière Marge, mars 2020)

Le narrateur, un auteur qui ressent à ce moment-là des difficultés à écrire, vient séjourner à Arromanches « en espérant qu’une telle atmosphère marine et studieuse pourrait débloquer les choses. » Mais son désœuvrement le rend perméable à tout ce qu’il y voit et entend. Il ressent « ces moments d’attraction hypnotique qu’exerce la mer lorsqu’on la contemple » et ne peut détacher son regard du port artificiel, « énigmatiques blocs de béton », « morceaux bruts d’Histoire inscrits dans le paysage ». Il s’intéresse aussi à certains habitants.

Mathieu Larnaudie a publié une dizaine de romans dont Les Effondrés, 2010, Acharnement, 2012, Notre désir est sans remède, 2015, aux éditions Actes Sud.

 

Gabrielle Schaff, Contre vents et marées (film documentaire, 2015)

L’érosion du littoral normand menace les maisons et les sites historiques. Les géographes de l’Université de Caen cherchent à appréhender ce phénomène.

Gabrielle Schaff nous montre des extraits de son film où elle interroge à la fois des scientifiques et des habitants. Elle lit ensuite quelques passages d’une pièce de théâtre en cours : Veules-les-Roses, récit d’un voyage imaginaire traversant des espaces voués à la disparition, ou révélant le passé.

Cinéaste et écrivaine, Gabrielle Schaff a réalisé plusieurs documentaires de création. Passé inaperçu, son premier roman, a été publié en 2018 aux éditions du Seuil (coll. Fiction et Cie).

 

Agnès Villette, Beta Bunker (essai et photographies)

Alors que nos données se dématérialisent, un monde machinique se recompose dans les antres souterrains où sont conservées nos informations les plus secrètes. Les anciens abris nucléaires de la Guerre Froide s’arrachent à prix d’or pour se transformer en centres de data, où l’information dématérialisée du cloud et de nos données est stockée loin de tout contrôle.

Photographe et essayiste, Agnès Villette travaille actuellement sur la transformation des bunkers en data centers mais aussi sur l’évolution du paysage radioactif de La Hague et sur les insectes invasifs, témoins à la fois des migrations et des changements climatiques. Elle a également un projet de roman sur un meurtre non élucidé ayant eu lieu à Cherbourg.

Blockhaus, data centers et érosion

Mathieu Larnaudie

Blockhaus, data centers et érosion

Gabrielle Schaff

Blockhaus, data centers et érosion

Agnès Villette

RÉSIDENCES RENCONTRES ATELIERS